Le ciel nuageux plombait Claudine. Kaveh était reparti la tête pleine de mots : Joyeux… Bourgogne… La vue du Clos de Vougeot à l’horizon ralentissait le rythme de ses pas. Tout était paisible en ce mois de juin. Un cep de vigne arraché sur le côté retint un instant son attention. Sombre. Courbé. Quel âge pouvait il avoir ? 20, 30, 40 ans ?  Claudine guettait toujours. Il lui semblait avoir aperçu du mouvement au milieu des vignes. Etait-ce elle ? Les feuillages bougeaient sur sa gauche un peu plus loin. Un train surgit au loin surlignant l’horizon. Plus près, une rangée de cyclistes aux maillots multicolores fendit poussée par le vent. Une nouvelle envie incongrue émoustilla la barbichette de Kaveh… une bière à la lavande…

La petite troupe avait fini sa boucle. Les portes du Clos de Vougeot étaient closes. Il fallait traquer la tranche de jambon, dénicher les melons pour fêter la nuit la plus courte de l’année, sans craindre l’orage et sa sarabande…

Juliette cherchait fiévreusement une trace d’elle, et de la bande…

Le gite déniché par Gérard avait tout pour plaire à Bligny les Beaune (Escale de Jules et Lily). Des chambres avec terrasses, des lits ronds, des sculptures animales,  des paons,  des livres olé olé, une cave bien ravitaillée, de ravissantes plate-bandes …

Il ne fallait pas mollir l’heure de se nourrir sonnait déjà, tant pis pour les absents… Vive le jambon persillé et les tomates de Marmande…

Isabelle buvait sa première gorgée de ce clos de Vougeot 2006 du reste de sa vie, mouais, mouais, mouais, en fait, bof, oui, enfin pas tout à fait vraiment,  non, enfin, c ‘est vrai quoi, heu… le clos de Vougeot c’n’est pas une légende !

Il le fallait bien, le clos de Vougeot avait été recraché dans le seau, pour garder le cap à présent, restait à filer chercher les épuisettes pour les gourmandes…

Celle-là aussi était sortie sans bruit,  drôle d’étiquette même pas de contrebande…

Cerné de toutes parts, Patrick Mallard, le roi de l’Aloxe Corton, répondait sans s’agacer à nos demandes…

Patrick avait l’habitude de parler à ses ouailles, maintenu éveillé par une petite fraîcheur en cave, rassuré par une carte du vignoble placardée derrière lui, 15 verres devant, son tire-bouchon dans une main et poc une bouteille, poc une deuxième bouteille,  poc une troisième, nous buvions ses paroles, nous attendions entre deux un petit morceau de baguette et de viande…

Lui n’en perdait pas une miette, suspendu au mur,  prêt à toutes les beuveries, il était certain qu’il savait parfaitement les attraper les Mistinguettes aux calendes…

Las, la spécialité de ce vigneron-là :  pester contre les écologistes et les vins bio. D’entrée de jeu, il nous lança : « Le bio, c’est de la fumisterie ! » … de quoi prendre la route de Samarcande…

Pourtant les cuvées bourguignonnes de Gérard Raphet, dont le Clos de Vougeot et le Gevrey Chambertin s’envolent depuis 2002 dans le monde entier, ne manquent ni de chair ni de matière, nous les découvrîmes au tonneau, versées dans nos verres à la pipette comme une offrande…

JV GROUPE RALPH

Mais pour la retrouver… Qui ? Ben, elle … Mais qui, elle… ?!  Elle, dont le prénom se termine par … ande (Eh oui ! la rime) Alors heu… Fernande ? non non.  Heu … Billiémande ? … non non non.  Alors  le lendemain, nous  monterons sur  nos bicyclettes et la trouverons bien … notre YOLANDE… 😉  Qui pourra comprendre cette histoire alambiquée ?  Peut être GÉRARD. A QUI NOUS ADRESSONS UN GRAND MERCI et à Yolande, aussi bien sûr.  Cela restera toujours avant, MAIS SES JOURNÉES FURENT QUAND MÊME BIEN…  FRIANDES. @photo superbe de Ralph E.

L

Publicités

Pierre C. assistée  par Isabelle C. jeudi 29 mars 2018. Vincennes.

CEPAGES ET GEOLOGIE Jeudivin 29 Mars 2018

Introduction :

La géologie n’est qu’un élément constitutif du terroir, de l’Unité Terroir de Base (UTB).

Les ouvrages utilisés :

  • Grand atlas des vignobles de France (Benoît France) (ed Solar)
  • Terroirs et vins de France : itinéraires œnologiques et géologiques (ed BRGM)
  • Dictionnaire encyclopédique des cépages (Pierre Galet)

Le terroir est constitué de : Read More

Soirée spéciale Jeudivin à Fontenay sous bois – février 2018.

Que d’histoires ! Isabelle R. nous a régalé. Une sélection de premier choix. Des mets encore époustouflants (salade de pommes de terre de Ralph et Isabelle / une terrine de légumes de Bénédicte.P. , ce plat de légumes de Jean-Marc R. et j’en oublie).

Les goûts de François Ier, Henri IV, Louis XIII finalement étaient un peu les goûts de leurs médecins.

François 1er // Cour Cheverny domaine Desoucherie 2013 (9 €) :cépage romorantin, minéralité et côté « pétrolé »  salivant). [le roi a planté des vignes dans ce terroir]

Henri IV //Jura Arbois domaine Rolet 2016 (15,30 €) : cépage savagnin, un nez fumé apprécié.

Louis XIII // Beaujolais Cru Chénas Jean Loron bio 2016 (acheté Repaire de Bacchus de Rambuteau) : nez de fruits noirs, en bouche de la profondeur, de la réglisse, une bouche homogène avec le nez et de la rondeur.

Louis XIV // Champagne Rosé (tranquille) des Riceys 2002 (36 €): une bouche qui « pinote », une finale cerise qui nous rend bavard, très très bavard. La bouteille finie la plus vite ! Read More

Jeudivin 2018  Cahors

Les vins noirs présentés au JeudiVin de janvier 2018 (Patrick C.)

L’AOC de Cahors est située dans le département du lot sur 4 500 hectares de vigne entre Cahors et Soturac. Son vignoble produit exclusivement du vin rouge avec le cépage côt noir (appelé aussi le malbec ou l’auxerrois ou pied de perdrix).   La production est de 200 000 hectolitres par an.

Le législateur impose que chaque lot de vin comprenne au moins 70% de côt noir.

Le cahors est un vin de garde : son élevage va donc être de un à trois ans en cuve, en barrique ou en bouteille. Le Cahors a une couleur rouge vif soutenue à très soutenue, tendant au noir selon les millésimes. Read More

20 h."Dieu n'avait fait que l'eau mais l'homme a fait le vin" (1). Et Isabelle et Alain sont là. Dans l'entrée, leurs deux têtes penchées au dessus d'une table. Concentrées. Un à un nous entrons, apercevons les compères et glissons silencieusement vers la cuisine où nous retrouvons la troupe. Le son des voix monte d'un ton, et puis de deux, et de trois. Tous réunis. Quatorze convives. La grande table ovale nous tend son plateau rouge. Cette fois de nouvelles chaises blanches au polymère confortable appelle au réconfort nos arrières trains. Lire la Suite