Vins argentins

WP_000468Jeudi 31/10/2013. Patrick.

Les vins du nouveau monde : l’Argentine

 

L’argentine s’étend, dans la partie méridionale de l’Amérique du sud, des Andes à l’océan Atlantique. Avec une superficie de 2 766 980 km2,  c’est le deuxième pays d’Amérique du sud, après le Brésil. Principales villes : Buenos aires, Bahia blanca, Rosario, Mar del Plata, Cordoba, Mendoza, Rosario,  Santa rosa, etc… Divisions administratives : 23 provinces autonomes et Buenos aires (république fédérale).

XXXX

XXXX

Le pays possède des plaines riches dans les pampas au nord du pays et des plateaux de Patagonie au sud.

Les Andes qui culminent à 6960 m au mont Aconcaga, longent toute la frontière ouest de l’Argentine.

La région viticole se situe entre le 22° et le 42° de latitude sud. Elle s’étend sur plus de 2400 km, sur le contrefort des Andes.

Le climat est aride dans les parties sud-est et subantarctique  dans la partie sud-ouest.

D’une manière générale, les zones dédiées au vignoble sont sèches et arides, avec un taux de pluies et d’humidité très bas, facteur déterminant de la bonne santé des vignes.

L’insuffisance des précipitations oblige l’utilisation d’un système d’irrigation goutte à goutte.

Le climat aride, avec des hivers froids et des étés particulièrement chauds, des journées de soleil abondant (320 jours de soleil par an), favorisent une bonne maturation du vin et une excellente concentration d’arôme et de couleur dans les graines.

Les sols sont composés de sédiments sableux alluvionnaires avec des sous sols graveleux et argilo-calcaires.

Ces sols profonds, perméables et pauvres en matière organique, présentent des facteurs décisifs pour l’obtention d’un bon vin.

 

Population de 40 913 584 habitants en 2009 avec une population urbaine de 92% en 2008. Langue : espagnol.

Economie :

Parts des activités économiques dans le PIB :

Agriculture : 9,9%

Industrie : 32,7%

Services : 57,4%


Histoire de la culture de la vigne

 

A partir du Pérou, la culture de la vigne s’est étendue à travers le continent, en Bolivie, au chili et en Argentine, dés 1557.

Au début, le développement de l’industrie viticole fut assez lent.

XX

XX

A partir de 1853, l’évolution fut plus importante. Les facteurs de développement ont été : la paix et l’organisation constitutionnelle du pays, la création de l’école normale d’agriculture, l’arrivée en 1885 , du chemin de fer qui révolutionna le transport du vin et l’élaboration de lois protégeant les propriétaires terriens.

L’immigration de nombreux latins en Argentine, provenant de pays dans lesquels cette industrie était prépondérante, donna une grande impulsion à la culture de  la vigne qui atteint plus de 350 000 hectares en 1977.

La forte consommation intérieure de vins commença à baisser, accompagnant l’internationalisation de la filière à partir des années 1990

En l’absence de politique de la filière et sous le double effet de l’augmentation de la production et de la chute de la consommation, le secteur a du affronter dans les années 1990  une violente crise de surproduction.

L’effondrement des cours et la désaffection pour la production ont provoqué entre 1990 et 2000, des arrachages massifs de vignobles trop âgés ou de variétés de basse qualité.

En dix ans la superficie des vignobles s’est restreinte de 40%.

Mais depuis 2000, les surfaces augment à un rythme de 4000 hectares par an.

Des cépages de meilleure qualité (22 000 hectares de Malbec) ont été plantés, remplaçant des vignes à haut rendement.

L’abandon des cultures extensives et l’implantation de vignobles plus adaptés aux conditions du sol et aux climats locaux ont enrichis la qualité œnologique des vignobles argentins.

 Dés les années 1990, les investisseurs étrangers commencent à arriver avec des sociétés comme Pernod-ricard, Moet et Chandon et Kandal-Jackson.

L’Argentine est un des rares pays où les investisseurs de tous les pays producteurs ont choisi de s’établir.

Entre 1999 et 2004, le secteur a reçu 750 millions d’USD d’investissements, notamment dans de nouveaux projets.

Le niveau d’investissements locaux et internationaux sans précédent a permis une professionnalisation, donnant naissance à une nouvelle génération d’ingénieurs, sommeliers, œnologues et techniciens de haute qualité.

Cinq universités publiques ou privées offrent des diplômes de niveau mondial de technicien, des masters et doctorats en œnologie.

Des experts et sommeliers internationaux et locaux sont devenus une partie intégrale et vitale du développement de cette industrie.

Certaines caves possèdent leur propres département de recherche et de développement pour améliorer la qualité de leurs vins.

 

Aujourd’hui avec 225 000 hectares (en 2008), l’Argentine représente 2,6% du vignoble mondial, se situe au 9eme rang pour la surface, au 5ème pour le volume de production.

(15 046 000 hl) et au 6ème pour la consommation (30 litres par habitant et par an).

 

Consommation

XX

XX

Le marché intérieur argentin est le septième en importance du monde, avec 4,4% de la consommation mondiale en 2008.

L’Argentine présente toujours le même comportement de consommation que les pays méditerranéens, producteurs et consommateurs traditionnels.

Le résultat de ce phénomène est la diminution de la consommation de vin à partir des années 1980.

De 21 millions d’hectolitres en 1980, la consommation nationale n’est plus que de 10,7 millions d’hectolitres en 2008.

Le marché intérieur est devenu de plus en plus sophistiqué.

Bien que le pays soit historiquement un grand consommateur de vin de table, ces dernières années la demande s’est plutôt dirigée vers les vins fins et effervescents.

La consommation de vins fins est passée à 12,3 litres par personnes et par an.

 

La législation

Jusqu’à l’année 1999, il n’y avait pratiquement pas de règlementation en Argentine.

Sous la contrainte de l’OMC (organisation mondiale du commerce), le pays s’est doté d’un cadre législatif national instaurant un système d’indications de provenance, d’indications

Géographiques et d’Appellation d’origine contrôlée sous la tutelle de l’Institut National de la Vitiviniculture (INV).

Les provinces de Mendoza, Lujan de Cujo et Maipu sont parmi les AOC les plus réputées.

Que ce soit la provenance, l’encépagement ou le millésime c’est la loi du 75% qui s’applique.

Mais ce pourcentage  passe aussitôt à 85% en ce qui concerne les vins à l’exportation.

En réalité les maisons sérieuses utilisent la plupart du temps 100% du seul cépage indiqué sur l’étiquette, et en cas d’assemblage n’hésitent pas à informer le consommateur avec précision.

Malgré des dérives sur le marché intérieur ou on retrouve parfois toutes sortes de dénominations aussi fantaisistes que Champagne, chablis ou champs Elysées, on constate ces dernières années une nette propension des producteurs à afficher clairement sur l’étiquette la provenance de leurs vins.

Ceci s’explique par le fait que ces producteurs ressentent une fierté légitime pour leurs terroirs.

 

L’encépagement

XX

XX

La principale variété est aussi la plus ancienne de ce pays.

Il s’agit de la criolla , une espèce rouge qu’on apparente au mission des états unis.

Avec le cereza on élabore des vins de table, surtout des rosés, qui ne sont pas exportés.

Dans les 15 dernières années, les argentins ont plantés des cépages nobles, provenant essentiellement de France, Italie ou Espagne.

La production de vin rouge est largement majoritaire (près de 73% de l’encépagement), le Malbec et le Bonarda ayant trouvé une terre d’élection dans différentes provinces.

.Les cépages rouges

Malbec (11%)

Il s’agit du cépage qui a fait découvrir les vins argentins sur la scène internationale.

Très connu à Bordeaux, ou on l’appelle côt ou encore auxerrois, il a fait son nid au pied des andes grâce à un français, au milieu du XIXeme siècle.

En général les vins du malbec ont une robe violacée et intense, des arômes de violette, de fruits rouges et noirs très mûrs, avec en bouche des saveurs d’épices en vieillissant, et se terminent sur une touche de réglisse parfois très marquée.

L’acidité est présente mais les conditions climatiques de des régions andines (vignobles en altitude et forte amplitude thermique) donnent, surtout quand les vignes sont âgées, une rondeur, une structure soyeuse, des tanins de velours et une certaine minéralité.

On le vinifie souvent seul pour ses propres qualités mais souvent lorsque les plants sont jeunes, on l’associe avec le cabernet sauvignon, le merlot ou la Syrah (duo ou trio).

Bonarda (8%)

Ce cépage originaire du Piémont italien, a connu un fort accroissement au cours des 10 dernières années.

Longtemps considéré comme un vin d’assemblage, Le Bonarda variétal est de plus en plus demandé.

Il donne des vins de couleur rouge cerise, aux reflets violacés, au tanins élégants et au parfum intense de fruits rouges de cèdre et de fougère.

Cabernet sauvignon (8%)

Ce cépage très connu en Argentine donne du fruit, de la matière, du corps, de la charpente et uns certaine élégance au vin.

Vinifié en assemblage avec le Merlot ou le cabernet franc principalement, il se suffit parfois à lui-même, malgré uns certaine âpreté pour les plants jeunes.

Le nez est complexe avec des notes de cassis, de poivre et de cannelle.

Syrha (5,5%)

En Argentine, la Syrah a pris une place considérable en peu de temps.

Plusieurs vignobles l’élaborent en temps que mono-cépage avec des avec de très bons résultats.

Il donne des vins très vigoureux, solides, riches en tanin, avec une fine texture et un fort potentiel aromatique.

Ces vins de longue conservation sont gardés en fût de chêne avant de les laisser vieillir en bouteille.

Ses arômes intenses rappellent les fruits rouges (cassis, cerise, framboise, mûre), les fruits cuits (pruneau), la réglisse, le chocolat noir, le cuir, le poivre, le sous-bois.

 

Merlot (3,3%)

Connu pour sa rondeur, sa souplesse, le merlot est vinifié très souvent seul mais se prête parfois à l’assemblage avec la bonarda, le malbec et la syrha.

Il donne des vins corsés, souples, ronds et tendres.

On cultive également en petite quantité, le pinot noir, qui réussit bien en Patagonie, le petit verdo, le cabernet franc, le tempranillo, le sangiovese, le barbera, le carignan et le tannat.

.les cépages blancs

Torrontès (5,2%)

Cette variété, originaire de Galice en Espagne, est cultivée dans la plupart des vignobles du pays.

Le vin qu’on en tire est léger, aimablement fruité, parfois très subtil et délicat, avec des arômes ressemblant à ceux du muscat.

Ce vin peut être dégusté en apéritif.

Chardonnay (2,5%)

La popularité de ce vin est allée en grandissant ces dix dernières années.

Il donne un vin sec et ample, avec un certain gras.

Il est de plus en plus utilisé avec des méthodes traditionnelles, seul ou en assemblage avec  le pinot noir.

Muscat d’Alexandrie (2%)

Il est vinifié en vin de dessert ou en assemblage dans certains vins de table.

Sauvignon blanc (0,8%)

Il a pris de l’expansion ces dernières années avec des vins secs, vifs, aux agréables saveurs d’agrumes

Sémillon (0,5%)

Il est utilisé en assemblage et est très peu exporté.

On cultive également le chenin blanc, le riesling, le gewurztraminer, le viognier et le pinot gris.

 

Les régions viticoles

Il y a 7 régions viticoles situées dans l’ouest du pays, à l’abri de la cordillère des andes.

Les régions naturellement sèches et arides  ont été massivement irriguées grâce à ce réservoir d’eau en puissance que les montagnes restituent chaque printemps.

Contrairement au climat chilien qui est plutôt de type méditerranéen, celui-ci est plutôt de type désertique.

Les producteurs doivent souvent faire face à la grêle  d’où la présence de filets anti-grêle.

En général la vigne est plantée en altitude, ce qui garantit la nuit une fraîcheur avec une lente maturation pour le raisin, et le jour de jouir d’un ensoleillement et d’une luminosité, qui aide à gommer les notes herbacées.

Lorsque le temps très chaud entraîne un manque d’acidité (tanins rugueux), le vinificateur acidifie les moûts.

Les sols sont assez maigres, alluvionnaires près des rivières, avec présence de cailloux et de galets dans les zones proches de la cordillère.

.La province de Salta (2098 hectares)

Située à 1000 km au nord de Mendoza, c’est une des régions viticoles les plus élevées au monde, entre 1700 m à Cafayate, 2000 m à Yacucha  et 3000 m à Colomé.

Ses vignes représentent 1% du vignoble argentin ;

On y cultive le chardonnay, le merlot, le malbec et le cabernet sauvignon ainsi qu’un torrontés aromatique à souhait.

Les principales maisons sont la Bodega Etchart (rachetée par Pernod Ricard), la Bodega El Estesco (vins Michel Torino), la Bodega Colomé.

.La province de Catamarca (2500 hectares)

Les vignobles plantés en altitude sont principalement du cabernet sauvignon et du Torrontés.

Les maisons les plus connues sont la Finca don Diego, la Bodega y venidos la rosa et Cabernet de los andes.

.La province de la Rioja 9000 (hectares)

Pour palier aux fortes chaleurs, la vigne est principalement cultivée en parrals (pergolas).

Les vins sont de qualité moyenne avec principalement le torrontès et le cabernet sauvignon.

.La province de San Juan (50 000 hectares)

C’est la deuxième du pays en importance et cette zone viticole est principalement axée sur les vins blancs de qualité moyenne avec des terres situées entre 600 et 1350 mètres d’altitude.

On trouve principalement du muscat d’Alexandrie, du torrontès, syrha, cabernet sauvignon et bonarda.

La province de Mendoza (158 800 hectares)

Capitale, du vin argentin, les vignobles de Mendoza sont situés en altitude et bénéficient d’un climat frais avec une amplitude thermique parfaite pour le raisin.

Depuis 2005 Mendoza (850 000 habitants) est une des grandes capitales , avec une industrie vitivinicole orientée en permanence vers la qualité.

Mendoza possède une grande variété de cépages grâce aux nombreux terroirs très différenciés sur des altitudes qui vont de 500 à 1500 mètres.

Les cépages les plus importants sont le Malbec, le Bonarda, le cabernet sauvignon, le syrha, le merlot, le pinot noir, le chardonnay, le chenin, le sauvignon blanc, le torrontès, le sémillon, le viognier.

La province de Mendoza se divise en plusieurs zones :

-La zone haute de Rio Mendoza dont le vignoble se situe ventre 650 et 1100 mètres d’altitude.

Le malbec est le cépage typique, suivi du cabernet sauvignon, du Merlot et du syrha.

-La vallée de Uco, au sud-est de Mendoza.

Les vignes sont plantées à une altitude de 900 à 1200 mètres avec une production de vins de grande qualité.

-La zone Sud est la principale région de production de Chenin , mais aussi de cépages typiques comme le Bonarda.

-La zone Est est la plus  grande zone de production du vin de Mendoza avec des cépages blancs et rosés comme le Cereza et le Pedro Ximenes.

Pour les rouges le plus typique est le Bonarda.

-la zone Nord comprend des aires de plus basse altitude sur le Rio mendoza.

Elle est propice à la production de vin blanc comme le Chenin, le Pedro Gimenes et le torrontés.

C’est dans cette région que se sont installés la plupart des maisons connues :

Trapiche, Lagarde La Rural, Nieto Senetiner, catana zapata, Finca Flinchman ou Norton.

-La province de Neuquen (1400 hectares)

C’est le région d’Argentine qui connaît actuellement la plus grande croissance viticole.

La plupart des caves sont ultra modernes et possèdes des installations impressionnantes :

Des cuves ultramodernes, des chais dont les barriques sont fabriquées le plus souvent avec du chêne français, des chaines d’embouteillage dernier cri, et des restaurants haut de gamme pour accueillir les visiteurs.

Le climat est tempéré (moyenne de 18° à l’année) et on y cultive sauvignon, le chardonnay, le viognier, pour les blancs, le Malbec, le pinot noir, le syrha, le merlot et le cabernet sauvignon pour les rouges.

Les principales maisons sont NQN, Schroeder et la bodega Del Fin del mundo.

-La province de Rio Negro (2800 hectares)

Située sur un plateau aride dans le nord de la Patagonie, la haute vallée du rio negro jouit d’un climat continental, d’une relative humidité et d’une rare luminosité.

La fraicheur ambiante, des vents constants et asséchants, des jeunes sols alluviaux sont propices à la production des cépages blancs tels que le Traminer, le riesling, le Sauvignon blanc et le chardonnay.

Cette région possède aussi des variétés rouges comme le Merlot et le Pinot noir.

 

XX

XX

raditions viticoles, tendances actuelles en viticulture et œnologie

Une consommation nationale en baisse (100 litres par habitant et par an en 1960 à 30 litres aujourd’hui) ainsi qu’une crise majeure en 1980, ont conduit les argentins à revoir leur politique vitivinicole.

De nos jours on plante de plus en plus les bons cépages au bon endroit et les méthodes de culture ont évoluées.

Le système des parrals, sorte de pergola est encore pratiqué mais est en diminution, au profit de techniques ayant fait leurs preuves dans les grands vignobles du monde.

Les vignes sont plantées de nos jours en espalier pour pratiquer des tailles guyot simple ou double.

En ce qui concerne l’irrigation, qui se faisait de façon massive, le goutte à goutte prends peu à peu de l’expansion.

On a procédé à l’aménagement de nombreux réservoirs naturels, d’où l’on pompe l’eau pour le redistribuer au goutte à goutte via les kilomètres de tubes percés qui suivent les rangées de vignes.

Des investisseurs étrangers ont amenés leur savoir faire et on ne peu nier l’influence de Jean-Michel Arcaute, de Michel Rolland, de Jacques et François LURTON, D’hervé Joyaux-Fabre et dernièrement, de l’équipe italienne de la maison MASI.

La notion de clos et de sélection parcellaire s’est installée, les récoltes se font encore beaucoup à la main et l’usage des tables de tri est en extension.

On assiste à la même évolution en ce qui concerne les installations et les équipements.

Les vieux foudres de rauli (hêtre vert) ont laissé place aux cuves inox thermorégulées, aux cuves de bois, de ciment verré ou recouvertes de résine.

Le principe de gravité dés le début du processus de vinification, le contrôle thermique et hygrométrique des caves et l’utilisation de levures sélectionnées se sont généralisés.

L’élevage en petites barriques de chêne français ou américain est en plein expansion et les grandes cuvées y passent entre 8 et 18 mois, pour s’affiner.

On constate encore des dérives comme l’utilisation de copeaux ou de douelles pour donner au vin une touche boisée, ou l’utilisation d’acide malique pour réduire l’âcreté et lui conférer un goût fruité.

Liste des vins argentins dégustés  disponibles chez « el galpon » 12 rue Paul Bert 75011 Paris

* Torrontés 2012 Colomé 13€

Croisement de muscat d’alexandrie et de raisin de la mission de la galice.

Vin léger, rafraichissant avec des tons de jasmin et d’orange fleurs.

* Chardonnay 2011 Kilka 13€

Au nez il présente des arômes rappelant les pommes et les poires avec un soupçon de vanille et de miel.

En bouche c’est un vin doux et fruité avec une très bonne acidité avec un caractère citrique minéral.

* Bonarda/malbec 2011 Crotta 9€20

Au nez une combinaison de fruits secs et de raisin

En bouche des saveurs de vanille et de prune cuite.

* Malbec 2011 Broquel 17€50

Robe violacée et intense avec des arômes de violette, de fruits rouges et noirs très mûrs avec en bouche des saveurs d’épice et une touche de réglisse.

* Bonarda 2008 Alfredo Rocca 13€50 

Profonde couleur rouge rubis.

Des arômes de frambroise / cerise mûre au nez avec des notes de vanille épicée.

Lisse et polie en bouche avec des arômes de fruit rouge et une finale persistante.

* Clos de los siete 2010 14€90

Assemblage de 5 cépages (57% malbec, 15%merlot, 15% cabernet sauvignon, 10% syrah, 3% petit verdot).

Vin très coloré avec un nez de réglisse et de sirop de mûre.

En bouche des saveurs d’épices douces avec des tanins très fins.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :