archive

On a dégusté ça…

Jeudi 17 décembre 2015 – Vincennes | Isabelle C. nous a gratté la tête et régalé les papilles avec des accords inédits de pré-réveillon. Rouge, blanc, bulles ?! avec… une terrine de foie gras maison de C et Ph, une autre cuite maison au micro-ondes par J-M et I, un bloc mi-cuit direct de chez Valette par K et M.  et une escalope cuite sur place par I et R.

1/ Sur la bulle :  Champagne DENIS Père & Fils Brut 1er Cru, la marque de Monoprix, accord un peu trop nerveux.
Champagne produit à partir de raisins issus de villages premier cru et grand cru de la Côte des Blancs et de la montagne de Reims. Couleur jaune-vert aux reflets argentés, bulles très fines et nombreuses au cordon persistant. Des arômes de fleurs (aubépine et chèvrefeuille) qui s’ouvrent sur des notes d’amandes grillées. Attaque vive, soyeuse et élégante à la finale délicatement vineuse. Read More

1jeudivin_macabeu
Le macabeu est un cépage, il s’appelle aussi ugni blanc. Aromatique et riche en alcool. De fréquentes notes fumées. Les cinq vins ont été piochés dans les vignobles du sud côté français et espagnol. Une sélection très appréciée par tous, notamment en parfait accord avec le délicieux foie gras de G.

__Le Petit Parcé Macabeu Domaine du Mas Blanc 2011 (Côtes Catalanes) à 4 € (100 % macabeu). Nez pas très expressif, coté iodé, certains y sentent des notes de miel. Bouche : un peu alcooleux mais onctueux. Read More

7 pioches 2015

7 pioches pour ces foires 2015

Jeudi 24 septembre 2015, c’était la petite de la bande des enfoirés, soirée « Foire aux vins ». On s’est juste demandé qui était le plus enfoiré ? Monoprix, Auchan, Carrefour ou le caviste de Fontenay sous Bois. Finalement cela ne fut pas la cata, nous avons péché quelques bonnes choses.
Pour le souvenir :

1/Mâcon Domaine Chêne La Roche Vineuse 2014 de Philippe, 6.95 € (Auchan), tout vanillé, gras en bouche, appelle de la crème fraîche.

2/Rully 2012 Vincent Dureuil de Ralph et Isabelle 24 € (caviste), fruité en diable, facile, pas donné quand même ?!

3/Bourgogne Hautes Côtes de Nuits pinot noir 2014, Pas dégusté, c’était la bouteille en réserve de Philippe (qu’il a switché pour le Mâcon blanc car il y avait trop de rouges)

4/Bourgogne Beaune 1er cru, Les Grèves, 2009 de Gérard et Gilles 17.95 €, (Carrefour), un brin rustique avec une trame tannique, charpenté a dit Isabelle, et des fruits noirs.

5/Collioure 2014 Dauvergne-Ranvier-Parcé de Patrick 2014, 9.90 € (Monoprix), la réglisse comme alliée.

6/ Fitou Domaine les Ardoises 2013, 6,50 € (Carrefour Market), le meilleur rapport prix de la série, belle matière après un carafage en règle.

7/ Alsace Domaine Barmès Buecher (en biodynamie) Gewurztraminer Wintzeheim cuvée Maxime 2007 (K&M), 11. €, Moelleux à souhait, avec une dominante agrumes (pamplemousse) acidité et belle amertume, une ponctuation plaisir.
Bienvenue à Gilles !1jeudivin_bouteilles_foires

Une couleur rouge pâle

Soirée Japon…  un vignoble de 22000 hectares, des cépages hybrides, un droit de chaptaliser, des typhons au pire moment, une façon de cultiver comme dans un jardin, et des progrès qualitatifs qui valent des médailles aux vins japonais.

XXXX

20 h 30. Virginie et Bertrand versent le premier vin japonais… couleur rouge pâle trouble  intrigante… Shiga Bailey à 100 %, 3200 yens environ 25 €.

Read More

Blancs de Bourgogne, par Laurence

Historique des vins blancs de Bourgogne :

Néolitique ( – 6 000 à -2 500 av JC)
http://www2.cnrs.fr/presse/journal/2408.htm
La première trace de vin date de 6 000 ans, elle a été découverte à la suite de fouilles archéologiques au nord du mont Zagros en Iran : un le dépôt rougeâtre retrouvé sur les parois ¬internes des poteries a révélé la présence d’acide tartrique, l’un des composants principaux du vin « On ne peut donc pas exclure que la boisson que ¬contenaient les poteries ait été fabriquée à partir des fruits de la plante sauvage » pour Philippe Marinval, chargé de recherche au Centre d’anthropologie 1 de Toulouse. Read More

Voici les six bouteilles partagées  le jeudi 26 janvier 2012,  pas mauvaises du tout… 

Le monastère de Solan et l’abbaye de Lérins .. . sont  les deux derniers lieux en France où les religieux demeurent vignerons, les pieds dans la terre et le sécateur dans la main.  Partout ailleurs,  les lieux saints ont été rachetés par des personnes privées, des associations ou alors les communautés religieuses ont été amenées à confier leurs vignes à des vignerons extérieurs. Quand du X au XIIe siècle, la France regorgeait d’abbayes cisterciennes entourées de vignes (+ 1 500) dirigées par des moines laborieux, très bien organisés et bons commerçants, constatons qu’en 2012, le moine vigneron  est devenu rare.  Ce qui ne nous a pas empêché de rendre visite aux irréductibles,  verre et tire-bouchon en main. Read More